Association d'information sur l'allergie et l'asthme

Dermatite atopique - Eczéma

Dre Liliane Gendreau-Reid, FRCPC Pédiatrie; FRCPC Allergie et immunologie clinique; professeure adjointe d’enseignement clinique en pédiatrie, UBC, Victoria (Colombie-Britannique)

Qu’est-ce que la dermatite atopique?

La dermatite atopique, ou DA, est une maladie chronique sporadique caractérisée par un prurit et de l’inflammation. On parle ici « d’éruptions cutanées » et se gratter vient aggraver l’affection. Elle n’est cependant pas infectueuse.

Quelle en est la cause?

On ne connaît pas la cause de la dermatite atopique. Elle est probablement d’origine multifactorielle.

  1. Hérédité. La DA touche 80 % des enfants dont les parents souffrent de la maladie ou en ont souffert.
  2. Légère déficience du système immunitaire. Les patients sont atteints d’une anomalie des lymphocytes B qui favorise l’augmentation des IgE (anticorps qui interviennent dans une réaction allergique) et les infections cutanées.
  3. Milieu environnant. Le mode de vie occidental avec tout ce qu’il implique — milieu stérile, famille moins nombreuse, vie urbaine, statut socioéconomique plus élevé, moins d’infections en bas âge et utilisation précoce des antibiotiques — fait en sorte que la réponse du système immunitaire est branchée sur le mode « allergie ».
  4. Aliments. L’alimentation peut aggraver ou prévenir la DA.
    • Il n’est pas recommandé d’éviter certains aliments durant la grossesse ou l’allaitement car les études en ce sens ne sont pas concluantes.
    • L’allaitement exclusif pendant les premiers 4 mois au moins semble servir de protection (s’il faut recourir à un supplément, les préparations à base de lait ordinaire augmentent davantage le risque de DA chez le nourrisson que les préparations fortement hydrolysées).
    • La prise de lactobacilles par la mère durant la grossesse ainsi que la lactation semblent réduire le risque de dermatite atopique chez le nouveau-né; les études à ce jour montrent que, dans ce cas, les lactobacilles n’aident pas s’ils sont pris par le bébé.
    • Une étude a constaté que l’ingestion de poisson avant l’âge de 9 mois réduit le risque de dermatite atopique.

Une fois que la DA apparaît, tenir un journal alimentaire peut aider à identifier le déclencheur. Des tests allergiques, y compris un test de provocation, viendront le confirmer. En raison du risque de réaction grave lors de la réintroduction d’un aliment potentiellement positif, ces tests doivent être réalisés sous la supervision d’un allergologue.

À quel âge se déclare-t-elle?

90 % des DA apparaissent avant l’âge de 5 ans; 60 % se déclarent dans la première année de vie.

Qui devrait recevoir un traitement?

Quand l’enfant fait bien ses nuits, la DA est légère. Des soins cutanés préventifs (crème hydratante et évitement des irritants tel que recommandé dans cet article) devraient être suffisants. La plupart des éruptions persistent durant sept jours environ et sont de nature virale. Votre médecin de famille peut vous conseiller et vous prescrire les crèmes (à base de stéroïdes ou d’inhibiteurs de la calcineurine) nécessaires à ces éruptions occasionnelles.

Une DA qui garde l’enfant et ses parents éveillés presque chaque nuit est considérée comme modérée ou grave. L’enfant doit être suivi régulièrement par un dermatologue et rencontrer un allergologue au moins une fois pour détecter tout déclencheur d’allergie.

Si des allergies sont diagnostiquées, il faudra quelques visites chez l’allergologue pour déterminer (par des tests de provocation ou un journal alimentaire) s’il faut éviter les aliments testés positifs (afin de ne pas s’en priver inutilement) ou s’ils peuvent provoquer de graves réactions allergiques. Plusieurs enfants affectés risquent également de développer l’asthme et il faut envisager des mesures préventives (acariens, animaux de compagnie, etc.).

Peut-elle disparaître un jour définitivement?

Comme de 10 à 20 % des enfants développent une DA alors que de 1 à 3 % des adultes en demeurent atteints, cette affection s’améliore considérablement dans 90 % des cas.

Avoir la peau sèche constitue un état chronique. Voici comment l’améliorer.

  1. Prendre des bains ou des douches
    • Évitez les produits moussants car ils irritent la peau.
    • Si la peau va bien (acceptable), optez pour des douches d’environ 5 minutes qui la garderont hydratée.
    • Si la peau est très irritée ou très sèche, prenez un bain de 20 minutes deux fois par jour, dans de l’eau tiède uniquement, jusqu’à ce que vos mains deviennent plissées.
    • Utilisez des compresses humides si prendre un bain est douloureux, ou pour contrôler les démangeaisons la nuit.
    • Évitez d’utiliser une débarbouillette en frottant la peau ou de mettre trop de savon. Prenez un savon doux comme Dove ou Allenbury.
    • En sortant de l’eau, séchez partiellement la peau en la tamponnant avec une serviette sans frotter.
    • Dans les 3 minutes alors que la peau est encore un peu mouillée et avant de sortir de la salle de bains : appliquez un onguent ou une crème à base de stéroïdes sur les zones de rougeurs et de démangeaisons; appliquez une crème hydratante sur le reste du corps; évitez les lotions car leur action hydratante ne dure pas aussi longtemps.
    • Répétez l’application d’une crème hydratante aussi souvent que nécessaire pour garder la peau douce pendant toute la journée. Utilisez des crèmes inodores comme Cliniderm, Doermer 211, Complex 15 ou demandez à votre pharmacien une préparation composée à 30 % de gelée de pétrole hydrophile dans un cold cream inodore.
  2. Évitez les assouplisseurs de tissu en feuilles dans la sécheuse.
  3. Vous pouvez utiliser des produits antistatiques liquides à condition de bien rincer deux fois.
  4. Portez du coton blanc sur la peau; le polyester et la laine la rendront plus sensible aux démangeaisons.
  5. En cas de prurit, utilisez un antihistaminique comme Atarax ou Reactine. Prenez-en au coucher pour empêcher le cycle démangeaisons-grattage de se déclencher.
  6. Trempez la peau gercée ou craquelée dans de l’eau pendant une courte période puis enduisez-la de Vaseline ou de Crisco (couvrir de coton la nuit).
  7. En cas d’inflammation (plaques rouges) utilisez une crème ou un onguent à base de stéroïdes jusqu’à ce que la rougeur disparaisse, et non pas jusqu’à ce que vous soyez soulagé sinon l’inflammation réapparaîtra aussitôt.
    • Crème ou onguent de force moyenne sur le corps.
    • Hydrocortisone sur le visage et dans les plis de la peau chez les bébés.
    • Bien faire pénétrer.
      Remarque : Vous pouvez utiliser un crème Elidel® ou un onguent Protopic® (sans stéroïde) sur les zones très sèches ou légèrement irritées.
  8. Des soins continus à la peau sèche aideront à prévenir la récurrence des symptômes.

Info asthme allergies, numéro 4 2008

return Retour à la section de l'information sur l'allergie

| Politique de confidentialité | Contactez-nous | © AIAA, 2010
Site Web maintenu par Konecny Consulting Inc.