Association d'information sur l'allergie et l'asthme

L’allergie peut-elle protéger contre le cancer?

Dre Susan Waserman, MD, FRCP, Hamilton (Ontario)

Au fil des ans, on a entendu dire que les personnes allergiques sont moins susceptibles de développer un cancer mais on ne savait pas si c’était un mythe. Nous remercions Dre Susan Waserman de nous fournir ici son avis en tenant compte de l’état de la recherche sur cette fascinante question.

Nous connaissons bien mal encore ce qui amène le système immunitaire d’une personne à réagir à des stimuli typiquement inoffensifs et le système immunitaire d’une autre personne à ne pas reconnaître l’expansion de cellules aberrantes. C’est que l’asthme et le cancer pourraient correspondre à une programmation différente du système immunitaire. Dans le premier cas, on serait en présence d’hyperréactivité et, dans le second, d’une sorte d’immunodéficience. Bien que nous ne comprenions pas le système immunitaire dans toute sa complexité, l’existence même d’une « programmation » différente suggère que certaines personnes ayant une prédisposition à une affection risqueraient moins d’en développer une autre. Dans le cas qui nous préoccupe, l’allergie pourrait protéger contre le cancer.

Quels sont les éléments de preuve?

Bien que contradictoires et limités, les rapports d’études donnent à penser que les personnes allergiques bénéficient d’un risque réduit de développer un cancer comparé au risque de la population en général1-8. Un nouveau virage vers des études de meilleure qualité, qui s’appuient sur des cas-témoins, des cas-témoins multicentriques et de rigoureuses méta-analyses, vient étayer davantage cette association.

Wang et ses collaborateurs ont effectué une méta-analyse examinant le lien qui existe entre la dermatite atopique (DA) et six types de cancer7. Ils ont constaté que des antécédents de DA diminuaient le risque de cancer du pancréas, de tumeurs au cerveau (gliome) et de leucémie infantile (leucémie lymphocytique aiguë)7.

Grulish et ses collaborateurs ont mené une vaste étude (n = 1398) de cas-témoins représentatifs chez des sujets adultes de 20 à 74 ans examinant leur ordre de naissance, leur atopie et le risque de lymphone non hodginien (LNH)2. Dans cette étude, la dermatite atopique ne diminuait pas le risque de LNH mais le rhume des foins et l’allergie alimentaire le faisaient2. Cette étude a, de plus, évalué très précisément la contribution de diverses affections atopiques (DA, rhume des foins, asthme, allergies médicamenteuses, allergies alimentaires)2.

Mécanisme possible

Nous ne connaissons pas le mécanisme suivant lequel l’allergie protège contre le cancer. Deux théories ont toutefois été avancées. Wang et ses collaborateurs suggèrent qu’un biais Th2 signale une hyperréactivité du système immunitaire ce qui a pour effet d’accroître la surveillance immunitaire et de diminuer la prolifération de cellules aberrantes7. De la même façon, Zacharia et ses collaborateurs préconisent un rôle élargi du système Th2-IgE typiquement décrit comme un système, conçu pour détruire les helminthes et autres parasites, qui déborde et cause l’allergie. D’après eux, le système Th2 peut en fait servir à protéger contre une variété de carcinogènes environnementaux et de maladies infectieuses en réduisant au minimum les risques liés aux contraintes biotiques et abiotiques dans l’organisme. Un système Th2 très actif diminuerait donc le risque de cancer en augmentant l’élimination des carcinogènes.

Malgré l’intérêt que cela représente, il reste du travail à faire en utilisant une définition plus précise de « l’allergie » et en examinant l’association entre des sous-types de maladies atopiques et de cancer car le mécanisme de protection peut varier aussi bien suivant le type et la gravité que suivant l’allergie et le cancer.


Références :

  1. Cockroft, D., Klein, G., Donevan, R. et Copland, G. « Is there a negative correlation between malignancy and respiratory atopy? » Ann Allergy, vol. 43 (1979), p. 345-7.
  2. Grulich, A. et coll. « Birth order, atopy, and risk of non-Hodgkin lymphoma » J Natl Cancer Inst, vol. 97 (2005), p. 587-94.
  3. Lavecchia, C., Negri, E., D'Avanzo, B., Boyle, P. et Franceschi, S. « Medical history and primary liver cancer », Cancer Res, vol. 50 (1990), p. 6274-7.
  4. Lavecchia, C., D'Avanzo, B., Negri, E. et Franceschi, S. « History of selected diseases and the risk of colorectal cancer », Eur J Cancer, vol. 27 (1991), p. 582-6.
  5. Mesquita, B. D., Maisonneuve, P., Moerman, C. et Walker, A. « Aspects of medical history and exocrine carcinoma of the pancreas: a population-based case-control study in The Netherlands », In J Cancer, vol. 52 (1992), p. 17-23.
  6. Negri, E. et coll. « Allergy and other selected diseases and risk of colorectal cancer », Eur J Cancer, vol. 35 (1999), p. 1838-41.
  7. Wang, H. et Diepgen, T. « Atopic dermatitis », British Journal of Dermatology, vol. 154 (2005), p. 205-210.
  8. Zacharia, B. et Sherman, P. « Atopy, helminths, and cancer », Med Hypotheses, vol. 60 (2003), p. 1-5.

Info asthme allergies, numéro 4 2006

return Retour à la section de l'information sur l'allergie

| Politique de confidentialité | Contactez-nous | © AIAA, 2009
Site Web maintenu par Konecny Consulting Inc.