Association d'information sur l'allergie et l'asthme

Glossaire / Définitions

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

A

AAS (acide acétylsalicylique)
Ingrédient étroitement associé aux médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens utilisés contre la douleur et les inflammations des jointures (Aspirin®) ; certains asthmatiques sont sensibles à cette classe de médicaments.
ADRÉNALINE
Hormone produite par les glandes surrénales en périodes de stress. Sa forme de synthèse est connue sous le nom d’épinéphrine.
AÉROSOL-DOSEUR (AD)
Petit appareil facile à utiliser qui vaporise le médicament généralement directement dans la bouche ; aussi nommé inhalateur ou pompe.
AGENTS ANESTHÉTIQUES
Médicaments utilisés en chirurgie ou pour d’autres opérations médicales ; ils atténuent la sensibilité à la douleur ou provoquent une perte de conscience.
AGENTS DE CONTRASTE
Voir OPACIFIANTS RADIOGRAPHIQUES.
ALLERGÈNE
Toute substance pouvant provoquer une réaction allergique (pollens, moisissures, squames animales, acariens de la poussière, aliments, piqûres d’insectes, médicaments, latex naturel, etc.)
ALLERGIE AUX MÉDICAMENTS
Effet indésirable d’un médicament résultant d’une allergie.
ALLERGOLOGUE
Médecin premièrement spécialisé en médecine interne qui a suivi une formation complémentaire spécifique en allergologie et en immunologie.
ALVÉOLES
Petits sacs d’air au bout des bronchioles où l’oxygène est transféré dans le sang et le gaz carbonique évacué.
ANAPHYLAXIE
Réaction allergique grave pouvant mettre en danger la vie et nécessitant une prise en charge médicale immédiate.
ANATOMIE
Structure d’un organisme.
ANTICORPS
Protéines générées par les cellules blanches du sang en réaction à des corps étrangers introduits dans l’organisme.
ANTICORPS IgE / Immunoglobine E
Anticorps produit en réaction à la présence d’un allergène chez la personne sensible.
ANTIHISTAMINIQUE
Médicament qui bloque les effets de l’histamine, l’une des substances libérées dans l’organisme lors d’une réaction allergique.
ANTI-INFLAMMATOIRES
Médicaments qui atténuent l’inflammation des voies respiratoires ; aussi nommés médicaments de contrôle ou médicaments préventifs.
ANTILEUCOTRIÈNES
Médicaments en comprimés pour contrôler l’inflammation de l’asthme. Utilisés comme traitement d’appoint chez certains patients.
APPAREILS (ASTHME)
Dispositifs utilisés pour administrer les médicaments contre l’asthme (ex. : aérosols-doseurs, chambres d’inhalation).
ASTHME
Maladie chronique courante affectant les poumons se caractérisant par de l’inflammation, la constriction des muscles autour des voies respiratoires et la surproduction de mucus.
AUTO-INJECTEUR
Seringue préremplie facile à utiliser pour administrer l’épinéphrine.
Haut de la page

B

BIPHASIQUE
Réaction allergique se produisant en deux phases ou parties.
BRONCHES
Grands conduits aériens (d’air) du poumon.
BRONCHIOLE
Un des milliers de petits conduits aériens se ramifiant comme un arbre à l’intérieur des poumons.
BRONCHODILATATEURS
Médicaments qui détendent les muscles contractés autour des voies respiratoires pour soulager temporairement les symptômes de l’asthme ; aussi nommés médicaments de soulagement ou médicaments de secours.
BRONCHOSPASME
Resserrement des muscles autour des bronches, caractéristique de la crise d’asthme.
BRONCHOSPASME INDUIT PAR L’EFFORT
Constriction des voies respiratoires déclenchée par l’activité physique pouvant provoquer l’essoufflement, une respiration sifflante, la toux ou une oppression thoracique.
Haut de la page

C

CHAMBRE D’INHALATION
Appareil retenant momentanément une dose de médicament dispensée par un inhalateur pour permettre à l’asthmatique de l’absorber pleinement en deux ou trois respirations.
CHRONIQUE
Qui dure longtemps ou qui se répète souvent.
CONSTRICTION
Resserrement des muscles autour des voies respiratoires à la suite d’un spasme.
CONTAMINATION CROISÉE
Transfert par mégarde d’un allergène d’un produit alimentaire à un autre pouvant se produire lors de la préparation d’aliments en usine, à la maison ou au restaurant.
CORTICOSTÉROÏDES
Anti-inflammatoires importants pour prévenir l’asthme et d’autres affections. Offerts sous formes variées : inhalée, topique, orale ou injectée. Sous forme inhalée, constituent le traitement de première ligne privilégié pour l’asthme adulte et pédiatrique Voir aussi MÉDICAMENTS DE CONTRÔLE.
Haut de la page

D

DÉBITMÈTRE DE POINTE
Petit instrument, muni d’un embout et d’un indicateur à ressort, dans lequel on souffle pour mesurer la vitesse maximale du souffle lors d’une expiration (« débit de pointe », en anglais “peak flow”) et vérifier si les voies respiratoires sont resserrées. Plus l’asthme s’aggrave plus la mesure est basse.
DÉCLENCHEURS
Facteurs pouvant provoquer des réactions allergiques ou des épisodes d’asthme, y compris des substances allergènes et des irritants.
DERMATITE ATOPIQUE
Maladie de peau résultat d’une réaction à une substance à laquelle on est susceptible ; aussi nommée eczéma allergique.
DIÈTE D’ÉLIMINATION
Test qui consiste à abolir un aliment de la diète pendant une certaine période puis à le réintroduire graduellement pour déterminer s’il provoque une réaction allergique. Ne pas administrer si on soupçonne l’anaphylaxie.
Haut de la page

E

ECZÉMA
Affection cutanée courante caractérisée par des démangeaisons, rougeurs, inflammations et squames ; fréquente chez les personnes allergiques.
ÉPINÉPHRINE
Produit de synthèse de l’adrénaline, utilisé pour traiter l’anaphylaxie et les crises d’asthme graves pouvant mettre en danger la vie.
Haut de la page

F

FAUX POSITIF
Test cutané qui résulte positif alors que le patient n’éprouve pas de manifestations ou de réactions cliniques en étant exposé à l’allergène.
Haut de la page

H

HISTAMINE
Substance chimique libérée par les mastocytes au cours d’une réaction allergique et qui provoque des symptômes : démangeaisons, enflure, éternuement et autres.
Haut de la page

I

IMMUNOTHÉRAPIE
Série d’injections de désensibilisation (injections anti-allergiques) prescrite par un allergologue et pouvant servir de protection contre les allergies. De faibles quantités d’un allergène comme, par exemple, le venin d’un insecte piqueur, sont administrées graduellement en doses allant augmentant jusqu’à développer une tolérance. Limitée à certains allergènes.
INFECTIONS VIRALES
Infections causées par un virus (ex. : rhume) qui sont un déclencheur d’asthme fréquent chez les enfants.
INFLAMMATION
Rougeur ou enflure des tissus à la suite d’une blessure ou d’une infection ; affecte généralement le nez, les poumons ou la peau lors d’une réaction allergique.
INHALATEUR
Voir aérosol-doseur.
INTOLÉRANCE ALIMENTAIRE
Réaction indésirable à un aliment qui n’implique pas une allergie comme, par exemple, l’intolérance au lactose qui consiste en une incapacité à digérer le lactose (sucre) du lait.
INTOLÉRANCE AU LACTOSE
Incapacité du système digestif de décomposer le lactose, sucre contenu dans le lait et les produits laitiers. Il ne s’agit pas d’une allergie.
IRRITANTS
Substances qui irritent le nez, la gorge ou les voies respiratoires (peinture, vapeurs d’essence, fumée, pollution atmosphérique) ; peuvent déclencher des symptômes d’asthme ou de rhinite allergique.
Haut de la page

L

LATEX NATUREL
Substance provenant de la sève de l’arbre à caoutchouc ; utilisée dans la fabrication de milliers de produits.
Haut de la page

M

MALADIE CŒLIAQUE
Intolérance au gluten du blé et d’autres céréales qui dure toute la vie. Ce n’est pas une allergie.
MARCHE ALLERGIQUE
Modèle chronologique de la progression des allergies chez certains jeunes enfants.
MASTOCYTES
Cellules des tissus muqueux qui libèrent les substances chimiques associées à une réaction allergique ; on en trouve dans les parois du nez, des poumons, dans la peau et le tractus gastro-intestinal.
MÉDICAMENTS DE CONTRÔLE
Anti-inflammatoires qui aident à prévenir et à atténuer les inflammations (rougeurs, enflures) des parois des voies respiratoires ; aussi nommés médicaments préventifs.
MÉDICAMENTS DE SOULAGEMENT
Bronchodilatateurs, aussi nommés médicaments de secours. Dégagent les voies respiratoires lors d’une crise d’asthme. Doivent soulager rapidement et être efficaces de 3 à 12 h. On s’en sert à court terme. Une utilisation excessive peut indiquer que l’asthme est mal contrôlé.
MUCUS
Sécrétions produites par des glandes qui couvrent et lubrifient les parois du système respiratoire (là où débutent les réactions allergiques).
Haut de la page

N

NÉBULISATION
Inhalation, à travers un masque couvrant le nez et la bouche ou un embout, de médicaments contre l’asthme transmis sous forme de bruine au moyen d’un compresseur.
Haut de la page

O

OPACIFIANTS RADIOGRAPHIQUES (AGENTS DE CONTRASTE)
Substance opaque aux rayons X qui aide à visualiser la structure et la fonction des organes.
OXYMÉTRIE
Méthode permettant de mesurer la quantité d’oxygène dans le sang.
Haut de la page

P

PLAN D’ACTION
Plan écrit préparé par un médecin pour un patient asthmatique détaillant son plan de traitement et « quoi faire » en cas de symptômes. Appelé également plan de gestion.
POMPE
Voir aérosol-doseur.
PROPENSION GÉNÉTIQUE
Propension à développer certaines affections due à des facteurs génétiques ; les allergies se rencontrent plus fréquemment dans certaines familles que dans d’autres.
PROTOCOLE
Plan écrit des mesures à prendre en cas d’urgence ; très utile pour les écoles, garderies, camps, etc.
Haut de la page

R

RÉACTION IDIOPATHIQUE
Réaction dont on ne connaît pas la cause.
RÉACTION LOCALE
Réaction se produisant dans la zone exposée à l’allergène, par exemple, enflure et rougeur au site d’une piqûre d’insecte.
RÉACTION SYSTÉMIQUE
Réaction allergique qui affecte l’ensemble du corps humain ou des systèmes de l’organisme par opposition à une réaction locale qui se limite à la zone exposée.
RHINITE ALLERGIQUE
Inflammation des voies nasales qui peut causer de l’enflure, des éternuements, picotements, écoulements, un larmoiement ou de la congestion nasale ; appelée parfois rhume des foins.
Haut de la page

S

SENSIBILISATION
Réaction allergique déclenchée par la production d’anticorps IgE spécifiques lors de chaque exposition à un allergène donné.
SULFITE
Additif alimentaire et préservatif fréquemment utilisé pour empêcher les aliments de pourrir.
SYNDRÔME D’ALLERGIE ORALE
Allergie chez certaines personnes sensibles aux pollens des arbres qui éprouvent des symptômes en mangeant certains fruits frais, des légumes ou des noix ; affecte les lèvres, la bouche et la gorge.
SYSTÈME IMMUNITAIRE
Système de l'organisme qui combat l'infection. Chez les personnes allergiques, des substances inoffensives déclenchent sa combativité.
Haut de la page

T

TEST DE FONCTION PULMONAIRE
Test mesurant le niveau d’obstruction des voies respiratoires.
TEST DE PROVOCATION ALIMENTAIRE ORAL
Méthode confirmant ou réfutant la présence d’une allergie alimentaire présumée en faisant ingérer à un patient, sous surveillance médicale, des quantités de plus en plus importantes de l’aliment en cause.
TEST IMMUNOCAP
Test sanguin mesurant les anticorps IgE spécifiques produits en réaction aux allergènes ; une alternative aux tests cutanés ; peut aider à déterminer si un patient est apte à subir un test de provocation alimentaire.
TEST RAST
Test sanguin pour détecter les allergies ; parfois préféré au test cutané.
Haut de la page

U

URTICAIRE
Bosses blanches sur la peau avec démangeaisons ; symptôme courant d’une réaction allergique (urticaria).
URTICARIA
Urticaire ; peut être un symptôme d’allergie mais aussi provenir d’une foule d’autres causes qu’il n’est pas toujours possible d’identifier.
Haut de la page

V

VESPIDÉS
Famille d’insectes piqueurs incluant la guêpe jaune, le frelon jaune, le frelon à tête blanche et la guêpe à papier.
| Politique de confidentialité | Contactez-nous | © AIAA, 2017
Site Web maintenu par Konecny Consulting Inc.