Association d'information sur l'allergie et l'asthme

Politiques et protocoles dans les écoles

Plusieurs écoles, conseils et commissions scolaires au Canada ont mis au point des politiques de gestion de l’anaphylaxie ou s’apprêtent à le faire. Vous avez pu lire dans notre dernier numéro un article sur la politique panprovinciale du Nouveau-Brunswick. L’Île-du-Prince-Édouard possède aussi une politique pour toute la province. Enfin, l’Ontario a approuvé le projet de loi 3 qui oblige toutes ses écoles à disposer de protocoles en place.

La délimitation du rôle et des responsabilités des parents, des élèves, des dirigeants, des enseignants et autres intervenants est inhérente à ces politiques. Plusieurs se fondent sur la déclaration consensuelle L’anaphylaxie à l’école et dans d’autres établissements et services pour enfants, publiée en 1995 par la SCAIC, l’AIAA et d’autres groupes oeuvrant présentement à sa mise à jour, ainsi que sur le guide sur l’anaphylaxie de l’Association canadienne des commissions/conseils scolaires.

Il n’est pas facile de parvenir à un consensus sur la formulation exacte d’un protocole dans les écoles. Cela implique un équilibre fragile entre les droits, la gestion du risque et les responsabilités incombant aux différentes parties prenantes, y compris les élèves allergiques. Après tout, ce protocole doit pouvoir bien fonctionner en pratique dans n’importe quelle école et n’importe quel milieu.

L’AIAA appuie vigoureusement l’adoption par les écoles de protocoles pour la prise en charge des allergies et croit qu’ils doivent s’avérer suffisamment flexibles pour couvrir un éventail d’allergies et de maladies associées. Ils peuvent varier selon les installations pour s’alimenter, par exemple, cafétéria, salle à manger séparée ou consommation dans la classe. Ils doivent aussi pouvoir s’adapter à des écoles et groupes d’âge spécifiques ainsi qu’aux excursions. Bien sûr, avec le nombre d’enfants inscrits à des programmes en début ou en fin de journée scolaire, il importe de plus en plus d’avoir des plans clairs et précis concernant tout problème de santé ou toute urgence pouvant se déclarer. Il faut d’autant s’assurer que tous les intervenants ont reçu une formation en conséquence, qu’ils dépendent ou non de la juridiction du conseil ou de la commission scolaire (ex. : surveillants à l’heure du dîner, chauffeurs d’autobus scolaires, etc.).

Que voulez-vous que les protocoles dans les écoles prévoient pour la gestion des allergies et de l’asthme ?

Nous aimerions connaître votre point de vue et vos expériences. À votre avis, quels sont les éléments essentiels à un protocole, qu’il s’applique à l’ensemble de la province ou à une seule école ? Les politiques scolaires sont-elles adaptées aux enfants ayant des allergies variées ? Quelle part de responsabilité votre enfant doit-il assumer ? Quelle importance les restrictions alimentaires, l’hygiène et l’éducation ont-elles à vos yeux ? Des restrictions alimentaires ont-elles été mises en place à votre école ? Y a-t-il un élément particulier qui vous semble primordial ? Les chauffeurs d’autobus, surveillants et bénévoles scolaires ont-ils été formés ? Dites-nous, selon votre expérience, ce qui fonctionne bien et ce qu’il faudrait améliorer. Écrivez à ou à votre bureau régional de l’AIAA.

Info asthme allergies, numéro 2 2005

return Retour à la section Écoles

| Politique de confidentialité | Contactez-nous | © AIAA, 2016
Site Web maintenu par Konecny Consulting Inc.